Conduite hivernale : dominer toutes les conditions

[current-page:url:path]

Conduite hivernale : dominer toutes les conditions

Par Katia Curadeau

20 Janvier 2017

Ça y est, les premières tempêtes de neige sont tombées sur Québec (et elles étaient assez grosses, on doit se le dire)!

Les conditions routières hivernales que nous apporte Dame Nature ne sont pas toujours agréables. Oui, certains s’amusent et en profitent pour pratiquer leur jeu de frein à main. Mais ce n’est pas tout le monde qui a la maîtrise parfaite des dérapages contrôlés et les connaissances de conduite à la Fast and Furious!

Cours 101 de la conduite hivernale

Pour survivre à la saison froide, il importe d’adapter sa conduite, de bien comprendre le fonctionnement de sa voiture et de maîtriser les techniques appropriées. Certaines écoles de conduite et même quelques compagnies automobiles (comme Mercedes-Benz, seulement à Toronto et Ottawa) offrent des cours sur neige et sur glace pour toute personne désirant améliorer ses pratiques et gagner en assurance pour la conduite hivernale. Avec un cours de perfectionnement, vous aurez ainsi en main toutes les techniques nécessaires pour bien réagir lors de survirage (dérapage de l’arrière du véhicule), de sous-virage (dérapage de l’avant du véhicule), de freinage d’urgence, etc.

Antidérapage vs antipatinage : ce qu’il faut savoir

Les systèmes de sécurité électronique et les technologies d’assistance à la conduite se multiplient dans les véhicules depuis plusieurs années. L'antidérapage et l'antipatinage sont parmi les plus courants. Mais quelles sont les différences de ces systèmes?

L’antidérapage, obligatoire sur tous les véhicules depuis 2011, est un système destiné à empêcher ou maîtriser le dérapage de véhicule. Le dispositif surveille les principaux paramètres de stabilité de la voiture en actionnant automatiquement les commandes appropriées. Par exemple, dès qu'il détecte un sous-virage ou un survirage, il s’active. Dans les deux cas, il peut également couper l'alimentation en essence et gérer la puissance du moteur transmise aux roues. 

Pour sa part, l’antipatinage (connu aussi sous contrôle de la traction ou traction asservie) est conçu pour empêcher ou diminuer le glissement ou le patinage excessif des roues motrices lorsqu'on accélère ou lors d'un départ trop brusque. Il fonctionne différemment selon le véhicule. Certains dispositifs appliquent les freins à la ou les roues qui glissent, d’autres diminuent la puissance envoyée aux roues motrices grâce à l'ordinateur de bord, etc. L’antipatinage peut également être désactivé, notamment lorsqu'on doit repartir sur une chaussée glissante en pente ou lorsque le véhicule est embourbé.

Malgré l’efficacité de ces deux systèmes de sécurité, ils sont tout de même régis par les lois de la physique et les désagréments de la nature. Si la chaussée est glissante ou que vos pneus n’ont pas beaucoup de mordant, les systèmes peuvent ne pas fonctionner à leur plein potentiel.

Alors, êtes-vous prêts à braver les tempêtes?

___________________________________________________________________

Cynthia Labonté :

Chroniqueuse/blogueuse : auto@quebecscope.com 

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo