Critiques ciné de notre ambassadrice au FCVQ

Critiques ciné de notre ambassadrice au FCVQ

Par Maude B. Laverdière

22 Septembre 2014

Notre ambassadrice Éveline Auger nous partage ses impressions sur les films visionnés au cours du weekend dans le cadre du Festival de Cinéma de la ville de Québec.

Deux fois le même fleuve (Amir Borenstein / Effi Weiss)

Effir et Amir, couple belge, mais d’origine israélienne, retournent sur leurs traces, lors de leur voyage de découverte au fleuve Jourdain, en Israël. Ces deux cinéastes partent avec leurs caméras, leur sac à dos et beaucoup de détermination pour en apprendre plus sur la culture, l’histoire, la religion et les habitants de leur pays d’origine. C’est en mettant sur pellicule les gens qu’ils croisent ainsi que les nombreux paysages que « Deux fois le même fleuve » a pu naitre.

Ce film d’une durée de 110 minutes est en flamand. Pour tout amateur de documentaire et de découvertes, c’est parfait. Par contre, cette œuvre se répète souvent et ne semble pas avoir d’objectif précis. On perd un peu le rythme après avoir vu la même sorte d’images de nombreuses reprises. Toutefois, les vidéos sont splendides et l’on rentre dans le vif de l’action. Les gens sont intéressants et apprendre sur une culture tout à fait différente de la nôtre peut être une expérience fort enrichissante!

 

Swim Little Fish Swim (Ruben Amar et Lola Bessis)

Leeward, passionné musicien, vit avec sa femme et sa fille de trois ans, Rainbow (ou bien Maggie, dépendant de l’humeur!) dans un appartement typique de New York, où des amis de l’homme viennent souvent squatter. C’est d’ailleurs comme cela qu’il rencontrera Lilas, jeune fille française venue aux États-Unis avec l’espoir de réaliser ses rêves en tant que vidéaste et artiste. Une histoire riche en émotions!

Un gros coup de cœur pour cette histoire drôle, émotive et pleine d’espoir. Elle nous donne le goût de partir et de suivre nos rêves dès demain! Les plans sont originaux et nous font rentrer dans ce petit espace qu’est l’appart de Leeward. Le texte est brillant; le jeu des comédiens impressionnant; bref, toute une réussite!

 

Limoilou (Edgar Fritz)

Le réalisateur Edgar Fritz soumet un portrait absurde et amusant des gens du quartier de Limoilou, à Québec. Le spectateur est témoin d’une histoire d’amour, de combat musical et à la fois intellectuel. Olivier et Grondin perdent leur chanteur, qui les quitte pour rejoindre leurs ennemis; les hypsters. Si ce n’est pas déjà assez, Olivier se fait quitter par sa copine et Grondin se met corps et âme pour séduire une file… déjà en couple.

On voit le portrait de jeunes adultes sympathiques, drôles et attachants. Les répliques sont hilarantes! Il est facile de voir la complicité des acteurs; qu’il s’agit aussi d’amis très proches dans la vie! Fait avec peu de budgets, Limoilou est un film qui m’impressionne beaucoup; chaque scène est créative, le jeu de caméra est différent sur chaque plan et on ne se tanne pas de regarder l’histoire de jeunes d’ici!

Miroir : un documentaire expiatoire (Jason Arbour)

Miroir est une sorte de documentaire sur le processus de création du court-métrage « PARAPHILIA » du cinéaste Jason Arbour. On entre dans ses pensées et dans sa vie; ses choix de création deviennent plus clairs, et l’on peut comprendre « pourquoi il crée »!

Jason Arbour nous livre un parcours inspirant et impressionnant! Son film est une preuve de détermination, de passion pour le cinéma et d’amour pour la création artistique. Ses choix, son travail acharné et le making-of du court-métrage ont fait en sorte de créer un documentaire qui se distingue du reste de la programmation du FCVQ. On le suit en pré production, production et postproduction; ses peurs et ses réussites. Somme toute, Miroir et Paraphilia sont définitivement deux œuvres à voir, vous ne servez pas déçus!

 

Pause (Mathieu Urfer)

Sami, musicien sans buts précis dans la vie, a une pensée un peu étrange dans la vie. En effet, selon lui, il est presque impossible de sortir avec une personne pendant plus de 4 ans. Cela fait maintenant ce nombre d’années qu’il est avec sa copine, Julia, quand elle lui annonce qu’elle voudrait prendre une pause. Fernand, monsieur d’âge mûr et fidèle ami de Sami, aidera ce dernier à reconquérir le cœur de sa bien-aimée; majoritairement grâce à la musique.

Après avoir écouté ce film, on souhaiterait tous se faire écrire une chanson d’amour par un garçon! Pause nous fait questionner sur la relation amoureuse et ses différents aspects, sur la fidélité et la passion d’aimer quelqu’un. Le film nous fait sourire, stresser et pleurer en même temps. Il s’agit d’une œuvre à voir pour ceux qui aiment la musique et l’amour!

Un film de chasse de filles (Julie Lambert)

Un film de chasse de filles nous transporte dans la vie de quatre chasseuses de différentes tranches d’âge (de 14 à l’âge de 70 ans) du Québec. Elles nous font rire et prouvent définitivement que la chasse n’est pas seulement pour les hommes! La réalisatrice se porte aussi au jeu en apprenant elle-même cette activité. On apprend en même temps quelles sont les étapes de la chasse, ses risques et comment s’y prendre exactement pour l’exercer.

Adepte ou non de chasse, ce film est une grande réussite! Les femmes présentées sont sympathiques, passionnées et intéressantes à écouter. On comprend leurs raisons de chasser, et développe une tout autre pensée sur ce sujet. Nous sommes transportés dans l’action et vivons avec elles des moments mémorables!

 

Clydecynic (Ramiro Bélanger)

On entre dans la vie de Clyde, un jeune de 20 ans, spécialiste de l’hypnose, qui se fait mal traiter par son père. Clyde travaille également pour une compagnie qui aide à réaliser ses buts dans la vie et à devenir une meilleure personne. Ce garçon violent, mais sachant se contrôler, vit des moments assez difficiles et on vit ses émotions en même temps que lui.

Le jeu des acteurs est incroyable; on se sent presque mal à l’aise de se trouver là, à observer la scène, mais à ne rien faire pour aider les gens en danger. Le film réalisé avec un minime budget prouve qu’il est possible de faire une grande réussite avec peu! L’histoire est bien construite et se démarque des autres productions québécoises; en effet, celle-ci tire plus sur le cinéma américain. Adepte d’émotions fortes, de suspense et de drame, ce film est pour vous!

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo