Entrevue avec Adib Alkhalidey

Entrevue avec Adib Alkhalidey

Par Maude Laverdière

13 Novembre 2013

La nouvelle vedette montante de l’humour au Québec

Par Maude B. Laverdière

 

D’où viens-tu et pourquoi avoir choisi le métier d’humoriste?

Je viens d’une famille d’émigrant typique montréalaise, dont les parents ont longtemps espéré que leur fils devienne médecin ou avocat. J’ai eu l’impression tout au long de mon parcours académique que, peu importe ce que je faisais, les gens allaient être déçus. Je ne voulais pas vivre ma vie ainsi. J’ai vu mes parents être malheureux au travail, cela m’a poussé à réaliser mon rêve. J’ai toujours été le gars drôle. Les autres élèves étaient contents quand j’étais dans leur classe. J’allais à l’école pour faire rire les gens. Je jalousais le professeur d’être le centre de l’attention. On dit que quelqu’un est bon dans quelque chose après avoir pratiqué au moins 10 000 heures, alors j’ai vraiment l’impression que mes heures ont été faites à l’école devant mes camarades.

À qui s’adresse ton spectacle?

À tout le monde! Je pensais, au début, que seulement les jeunes allaient être interpelés. Par contre, je me considère beaucoup plus comme une personne âgée à cause de mon mode de vie. J’ai hâte d’avoir les cheveux gris! J’ai l’impression qu’on vit moins d’anxiété à cet âge. On a dépassé certaines préoccupations comme : qu’est-ce que les gens pensent de moi? De quoi j’ai l’air? J’ai versé quelques larmes à la fin de l’un des mes spectacles, car le premier spectateur debout était un homme qui devait avoir 75 ans. J’ai trouvé ça magnifique parce que j’avais tellement peur que les gens ne viennent pas me voir parce que je suis trop jeune. Je ne vise pas un public cible, mais plutôt un état d’esprit. Je me concentre sur les gens qui sont très proches de leur enfance, qui peuvent s’émerveiller facilement.

Pourquoi avoir choisi « Je t’aime » comme titre pour ton premier spectacle?

Parce qu’un enfant dirait cela à ses amis. Je vois le public comme des camarades et que parfois, dire merci ce n’est pas assez. Si quelqu’un vient me voir en spectacle, je l’aime!

Martin Matte est le metteur en scène de ton spectacle; est-ce lui qui est venu vers toi?

Nous sommes dans la même boite de production et il a su que j’étais à la recherche d’un metteur en scène. Nous avons travaillé ensemble dans le passé et ça a cliqué. Il a été super généreux. Les gens n’ont pas idée à quel point ce geste est quelque chose de gentil. J’ai croisé plusieurs personnes dans ma carrière et personne n’a pris le temps de m’aider comme Martin Matte. Je suis vraiment reconnaissant.

Adib Alkhalidey sera en spectacle le 20 novembre à la Salle Albert-Rousseau.

www.adibalkhalidey.com

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo