Entrevue avec Ariane Moffatt

Entrevue avec Ariane Moffatt

Par Maude Laverdière

8 Mars 2012

Entrevue Musique

Par Maude B. Laverdière

L’auteure, compositrice et interprète québécoise Ariane Moffatt nous offre son nouvel album bilingue MA. Un retour sur scène très attendu pour cette artiste plusieurs fois récompensée pour son grand talent. Elle a performé en Europe et à Shanghai et est maintenant de retour débordante d’énergie. Vous pourrez la voir et surtout l’entendre à l’Impérial de Québec le 9 mars prochain.

Comment s’est déroulée la création de cet album et pourquoi avez-vous choisi d’écrire quelques pièces en anglais?

Cet album s’est pointé le nez sans trop que je m’y attende. J’étais partie avec l’idée de prendre une sabbatique et de travailler dans mon nouveau studio afin d’expérimenter vers où je voulais aller. Les chansons se sont mises à sortir tout simplement, autant en français qu’en anglais. J’habite dans un quartier bilingue de Montréal où la scène musicale francophone côtoie la scène anglophone. L’album Trauma avait entrouvert la porte d’une Ariane qui pouvait chanter en anglais. Je n’abandonne pas le français, car je crois qu’après trois albums, j’ai bien démontré qu’elle était ma langue première.

Qu’est-ce que vous avez aimé le plus dans la création de cet album?

Je l’ai créé pas mal seule; j’ai joué de tous les instruments, sauf pour quelques morceaux où il y a des musiciens invités. Un ingénieur de sons est entré dans le processus une fois mes chansons composées et arrangées. C’était ma première traversée solitaire en création, car habituellement il y a un réalisateur et des musiciens. C’est un trip de gang. Je voulais tenter l’expérience pour éventuellement faire de la réalisation pour d’autres artistes. C’était assez méditatif de se retrouver seule en studio à lâcher mon fou en solo.

D’où vient le titre de l’album MA?

C’est un concept japonais que j’ai vu dans une revue internationale quand j'étais en Europe. La définition du MA est une façon de décrire un espace-temps, soit le plus petit. En musique, c’est le silence entre deux notes qui fait que la musique existe. C’est un espèce de vide, mais pas un vide qui ne sert à rien. Je trouvais que ça correspondait bien à l’album. Pour le logo, le MA représente aussi mes initiales à l’envers, c’est une signature visuelle intéressante.

Comment va se dérouler votre tournée?

À la mi-mars, je vais participer au festival South by Southwest (SXSW) à Austin qui est une vitrine pour beaucoup de bands émergents. Ce festival a une très bonne réputation et je suis contente d’avoir pu m’y tailler une place. L’album sortira ensuite en France au mois de mai, donc je vais m’y rendre pour la promo. Je vais également m’occuper de tous mes lancements au Québec et à Toronto. Je vois les choses arriver et je suis contente de faire un retour sur scène. Le fait de chanter en anglais me permet d’aller dans des endroits que je n’ai pas développés dans ma carrière jusqu’à maintenant.

Avec qui aimeriez-vous collaborer?

Arcade Fire! C’est vraiment un band que j’adore et que je respecte.

www.arianemoffatt.com

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo