Entrevue avec l'artiste-illustrateur PisHier

[current-page:url:path]

Entrevue avec l'artiste-illustrateur PisHier

Par Katia Curadeau

23 Décembre 2016

Quelles sont vos inspirations ?

Mes inspirations, proviennent d’un  peu partout. Je regarde des personnes marcher dans la rue; leur posture et leur look m’inspirent des personnages. Je suis comme une antenne, toujours à la recherche de ce qui pourrait m’inspirer et souvent ça arrive sans avertir.

Vous êtes illustrateur à votre compte depuis longtemps ?

Je suis sorti de l’école en 2000 où j’ai étudié en communication graphique à la fabrique de l’Université Laval. J’ai travaillé quelques fois dans des boîtes de jeu vidéo, mais officiellement je travail à mon compte depuis 2007.

Quels sont les médiums que vous utilisez et ce que vous préférez?

J’utilise l’ordinateur pour mes contrats, surtout des logiciels comme Photoshop, mais quelque fois Illustrator. Aussi, j’aime bien l’acrylique et dessiner avec des crayons-feutres  à base de peinture dans les vitrines de commerces (avec leur accord bien sûr).

Nommez une de vos œuvres qui a une grande importance pour vous.

Ma bande dessinée, sortie en 2007, Le marcheur anonyme aux éditions Mécanique Générale. Elle est une exploration de plusieurs genres que jamais je ne pourrais refaire dans une bande dessinée.

Vos œuvres touchent énormément l’animation et l’enfance; qu’est ce qui vous passionne dans cet univers ?

Ce sont deux univers très colorés et j’aime les couleurs. Souvent, les personnages qu’on découvre à cette période de notre vie nous suivent pour le restant de la vie. J’aime encore regarder Scooby Doo, alors je me dis que peut-être les illustrations que je fais aujourd’hui influenceront les jeunes à l’âge adulte.

Si vous n’aviez aucune limite de budget et d’espace pour créer une œuvre, quel serait votre projet de rêve ?

Faire une parade de personnages gonflés comme à New York lors de la parade du Thanksgiving.

Où peut-on se procurer vos œuvres ?

Dans plusieurs boutiques à Québec : le Rose Bouton,  Si les objets pouvaient parler, Librairie Première Issue, Article 721, la Penderie Limoilou, Knock Out le Disquaire, le Jupon Pressé et l’Inventaire.

  

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo