Entrevue: Dominic Paquet

Entrevue: Dominic Paquet

Par Maude B. Laverdière

10 Juin 2015

Rien qu’s’une gosse est le titre du 3e one man show de Dominic Paquet qui offre un spectacle d’humour accessible à tous où le rire est à l’honneur. Vous serez transporté par celui qui associe son style à celui de Will Ferrell! Des supplémentaires auront lieu le 11 juin et du 21 au 22 octobre à la Salle Albert-Rousseau.



Pour les gens qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous me décrire votre style d’humour?
Je suis un humoriste qui aime que les gens rient! Je dis cela dans le sens où je ne suis pas le gars qui fait de la critique sociale. C’est aussi ce que je faisais dans mes deux premiers one man show, mais dans celui-ci je peux me permettre d’être encore plus authentique puisque les gens me connaissent. J’ai des thèmes qui sont un peu plus lourds, mais je reste toujours dans un style d’humour simple et léger.

Votre nouveau spectacle est ponctué de plusieurs mimiques hilarantes; comment vous êtes-vous préparé ou pratiqué?
Je me souviens que dans mon 2e one man show, j’avais un gag où je devais imiter une tortue. Je répétais avec Michel Courtemanche et je n’arrivais pas à trouver la bonne « face ». C’est alors que je faisais du ménage chez moi que j’ai repensé au gag. J’ai eu une émotion et ma « face » de tortue est apparue… Je suis allé me voir dans le miroir et c’était la bonne! Mes mimiques sont plus ressenties que réfléchies. Je crois que pour faire rire le public, cela doit venir du fond de soi. C’est un peu le même travail d’introspection que ferait un acteur. Il faut être crédible.

La mise en scène est signée Réal Béland; comment en êtes-vous venu à travailler avec lui?
Réal est un ami depuis des années. Je suis fan de lui depuis l’époque où il travaillait sur les Surprise sur prise! . Je trouvais qu’il avait un talent naturel pour le jeu. Ma seule crainte en travaillant avec lui est que son horaire chargé ne lui permette pas de s’investir à 100% sur mon show. Finalement, j’ai été agréablement surpris, c’est au-delà de mes attentes. Il arrivait à nos rencontres avec plusieurs idées et a été présent lors de plusieurs spectacles de rodage.

Entre votre 1er spectacle et celui-ci, qu’est-ce qui a le plus changé dans votre vie?
Au niveau personnel, je suis déménagé en banlieue, je suis papa, j’ai une vie de famille tout à fait normale! Professionnellement, j’ai pris beaucoup d’assurance. Mon style s’est défini. Contrairement à d’autres humoristes, cela m’a pris du temps avant de vraiment établir qui j’étais. Quand j’étais à l’École de l’humour, je ne faisais que des personnages costumés même si ce n’était pas vers cela que je voulais me diriger. Je voulais faire du stand up, mais pas comme les autres.

Vous faites partie de l’équipe de À la semaine prochaine à la radio de Radio-Canada; qu’est-ce que cette implication vous apporte sur le plan professionnel?
C’est con, mais ça apporte la reconnaissance du milieu artistique, des producteurs et des réalisateurs. Il s’agit de l’une des émissions francophones les plus écoutées en Amérique du Nord. Un jour, Dan Bigras m’a écrit un message texte « Comme ça tu m’imites mon estie! ». Il trouvait mon numéro très drôle et il m’a invité au spectacle du refuge pour faire une imitation de lui sur scène. Quand je croise des acteurs sur des plateaux, certains m’abordent et me disent que je fais du bon travail. Cela me permet d’aller rejoindre un public plus large. Je ne fais pas à la base de l’humour pour intello, alors les gens qui me connaissent à la radio ont envie de découvrir mon show.

www.dominicpaquet.com

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo