Femme Glam : Andrée Pelletier : la culture de l'action

Femme Glam : Andrée Pelletier : la culture de l'action

Par Heloïse Leclerc

9 Février 2016

Menue, posée, une touche d’espièglerie dans ses manières, Andrée Pelletier est une véritable dynamo prête à conquérir le monde avec son entreprise Alaviva. Fondée en mai 2015, elle porte la mission de rendre accessible une offre réfléchie en animation culturelle et de loisirs aux personnes âgées vivant en résidence. Parcours d’une amoureuse de la culture qui ne suit jamais les recettes!

« Ce qu’on dit de moi quand j’étais petite? Je bougeais beaucoup et j’avais bien des projets! En secondaire 4-5, mon amie et moi discutions de fonder un centre de santé globale. Elle s’occuperait de l’aspect physique et moi, du mental. » 

Se détournant d’études en psychologie, Andrée complète d’abord une technique en administration. « Il y avait là beaucoup de gens conformistes, plein de petits tailleurs. Ce n’était tellement pas moi, mais je savais que cette formation me serait utile. »

Andrée se dote ensuite d’un bac en animation culturelle et fourbit ses armes sur le marché du travail en culture et en patrimoine, tout en donnant naissance à trois enfants et en s’impliquant avec la YWCA. « À chaque congé de maternité, je me disais: dans quoi je me lance? Quelle est l'idée qui va me permettre de m'épanouir professionnellement? »

Répondre à l’appel de l’entrepreneuriat

Si l’idée de fonder sa propre entreprise l’habite, Andrée doit faire preuve de courage. « Souvent, tu lis des histoires d'entrepreneurs. À table, ça parlait de ça... Chez nous? Zéro! C'était plutôt : trouve-toi une job au gouvernement! »

Après avoir validé son profil auprès d’un CJE, Andrée se lance en 2005 dans l’aventure Maelström, une agence de développement de projets culturels en collaboration avec le public et le privé.  Malgré ses succès, Andrée estime être longtemps restée modeste dans ses ambitions. « C'est certain qu'à quelque part je rêvais d'être le Sid Lee de la créativité. Mais une petite voix me rappelait que j'avais trois enfants. J’ai pris le temps d'apprendre. »

Fleurir dans l’adversité

En 2013, tandis que la notion d’austérité entre dans le vocabulaire des Québécois et du milieu culturel, Andrée doit remercier la plupart de ses travailleurs pour sauver son entreprise. Avec la complicité de son employée et associée en devenir, Geneviève Provencher-St-Cyr, elle parvient à garder Maelstrom sur les rails en se retroussant les manches, en rationnalisant au maximum et…  en courant. 

« C’était le seul domaine où j'avais totalement le contrôle. Je me suis inscrite au marathon de Rimouski. L'entraînement a été mon pied de nez à la situation. Ça me rendait fière et forte. L'activité intensive extérieure, c'est le meilleur antidépresseur! »

En courant, justement, un nouveau concept lui vient. « La grand-mère de mon mari, une femme cultivée vivant en résidence, parlait des activités et c’était difficile à entendre. Moi, quand je vais être rendue là, je ne veux pas aller au bingo ou à la messe, mais c'est beaucoup ça! On peut avoir perdu ses bras, n'être plus capable de marcher, on peut perdre la mémoire, mais il n'en demeure pas moins qu'on est encore un humain. On entre dans une autre phase. Je ne l'avais jamais réalisé avant cette démarche. »

En action pour les aînés

Afin d’enrichir le quotidien des gens du 3e âge, Andrée a démarré Alaviva au printemps dernier. Son entreprise regroupe déjà une trentaine d’animateurs accrédités, spécialistes de leur champ d’expertise, incluant l’adaptation à une clientèle souffrant de déficits cognitifs et de contraintes lourdes. « J’ose maintenant affirmer une vision et mon ambition. Je veux qu’Alaviva devienne aux personnes âgées ce qu’Airbnb est à l’hébergement. Je commence au Québec, mais s’il y a de la demande à New York, pourquoi pas? »

___________________________________________________________________

Dans le cadre de la série Femme GLAM, découvrez le travail la photographe Annie Simard!  Portraitiste à Québec depuis plus de 5 ans, elle propose l’expérience GLAM.as, une séance photo incluant la coiffure et le maquillage. Son super pouvoir: faire ressortir la beauté naturelle et lumineuse de ses clientes.

 CRÉDITS : Photographe : Annie Simard / www.anniesimardphoto.com  / www.glam-as.com info@anniesimardphoto.com (418) 563-8297 Assistante : Andréanne Gaulin-Riffou Coiffure : Johanne Guimond / Soho Coiffure 2336 Ch Ste-Foy, (418) 653-7646 Maquillage : Maryse Bélanger (418) 809-9135 maryse32.mb@gmail.com

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo