Femme glam : Élise, inspirante inspirée

Femme glam : Élise, inspirante inspirée

Par Heloïse Leclerc

17 Septembre 2015

À 27 ans, Élise Eleonorre Rousseau occupe le poste convoité de stratège médias sociaux et expérience de marque chez Kabane., une agence de publicité à Québec. En avril 2013, elle a aussi cofondé Les Inspirés, une communauté de partage d’idées et de projets – en ligne et « en vrai » – qui vise à aider les gens, particulièrement les jeunes, à se découvrir et à créer une vie à leur image. L’obstacle, selon elle? Une société où tout va vite qui incite les individus à adopter des étiquettes et à « rentrer dans le moule ».

Vaincre ses peurs

Aux prises avec une phobie sociale officieuse, rien ne prédestinait Élise à une carrière en communications et à la fondation d’un mouvement misant sur le rapprochement des êtres humains. Gênée, mais fonceuse, elle avoue avoir exercé son « muscle-du-se-mettre-mal-à-l’aise-et-se-sortir-de-sa-zone-de-confort », d’abord par ses loisirs puis en choisissant de poursuivre des études en communication publique à l’Université Laval. À l’instar d’Eleanor Roosevelt qui conseillait de confronter une peur à chaque jour, elle se pratique encore au quotidien.

La jeune femme, qui a grandi à Forestville, un village de 3200 habitants sur la Côte Nord, souligne que cette expérience a forgé son identité. Si l’omniprésence du regard des autres et les pressions normatives ont pesé sur elle à l’adolescence, c’est aussi dans ce contexte qu’elle a internalisé l’importance de rapports interpersonnels authentiques. « Les humains ont besoin de se rassembler avec d'autres humains, c’est une base simple qu’on oublie trop souvent. »

Se donner une mission

Propulsée à l’avant-plan des médias à titre de porte-parole officieuse des Inspirés, Élise estime avoir dû apprendre en accéléré. Elle qui ne revendique pas le titre de leader s’est retrouvée à prendre des décisions, à mobiliser, portée par l’impératif de permettre aux gens de se trouver.

« L'orientation a été laissée de côté dans les écoles. On demande aux jeunes de savoir ce qu'ils veulent faire à 18 ans alors qu'il n'y a plus de cours d'éducation au choix de carrière. Il n'y a plus de CLD pour aider les entrepreneurs. Il n'y a plus rien. Dans ma génération, plusieurs personnes talentueuses ne savent juste pas quoi faire ou veulent tout faire. C'est crucial d'outiller les gens et qu'ils révèlent leur potentiel pour contribuer à la société. »

Passer à l’action

 « Ce qui m’inspire? Grande question! Les gens qui passent à l'action! Dès que quelqu'un fait un « move » de carrière ou se lance en affaires, j'ai envie de coller à son énergie. Ça prend beaucoup de courage pour réaliser ses rêves, » explique Élise, qui cite spontanément le travail de Candy Chang. Cette artiste américaine a créé un mouvement mondial en demandant aux passants de Nouvelle Orléans de prendre un engagement sur une ardoise intitulée « Avant de mourir j’aimerais… » Avec les Inspirés, Élise a émulé le projet dans Saint-Roch en août 2013.

Sans surprise, elle parle aussi de Tina Roth Eisenberg, la fondatrice des Creative Mornings, des conférences qui constituent un prétexte de rassemblement pour les « créatifs », sans égards pour leur occupation professionnelle : avec d’autres inspirés, Élise a aussi démarré un chapitre à Québec.

Malgré le fait qu’Élise s’en mette beaucoup sur les épaules en menant sa carrière et ses ambitieux projets de front, elle apprend à trouver l’équilibre. Elle insiste sur l’importance de relativiser : « On est au courant de tout ce qui se passe avec les réseaux sociaux, mais on ne peut pas tout faire. Il y a un gros exercice d'attitude à développer. Il faut se dire que dans la vie, on peut réaliser des choses à un rythme différent. Je n'ai pas à changer le monde en deux jours […] Le succès, c’est se lever tous les matins et être heureux avec soi-même et ce qu'on fait. On s'enlève une grosse pression quand on se dit ça! »

__________________________________________________________________________________

Dans le cadre de la série Femme GLAM, découvrez le travail la photographe Annie Simard!  Portraitiste à Québec depuis plus de 5 ans, elle propose l’expérience GLAM.as, une séance photo incluant la coiffure et le maquillage. Son super pouvoir: faire ressortir la beauté naturelle et lumineuse de ses clientes.

 

CRÉDITS : Photographe : Annie Simard / www.anniesimardphoto.com  / www.glam-as.com info@anniesimardphoto.com (418) 563-8297 Assistante : Andréanne Gaulin-Riffou Coiffure : Johanne Guimond / Soho Coiffure 2336 Ch Ste-Foy, (418) 653-7646 Maquillage : Maryse Bélanger (418) 809-9135 maryse32.mb@gmail.com

 

On vous recommande également

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo