Ladies Night en supplémentaire à Québec

Ladies Night en supplémentaire à Québec

Par Maude Laverdière

19 Avril 2011

Entrevue Guillaume Lemay-Thivierge

Par Véronique Racine

Dans une mise en scène de Denis Bouchard, Ladies Night sera présenté les 3 et 4 juin à la Salle Albert-Rousseau avec une nouvelle production et un nouveau décor! Entrevue avec Guillaume Lemay-Thivierge (Sylvain), qui sera aux côtés de Marcel Lebœuf (Gérald), Frédéric Pierre (Fred), François Chénier (Normand), Michel Charette (Benoît) et Sylvie Boucher (Glenda)!

 

Québec Scope – Tu joues Sylvain. Peux-tu nous parler de lui?

Guillaume Lemay-Thivierge – C’est lui qui a la plus belle coupe de cheveux (rire)! C’est le gars qui agit à titre de rassembleur. Il a toujours plein d’idées en tête. C’est lui qui propose aux autres gars d’offrir un show de striptease. Les gars sont assez ordinaires en audition devant Glenda, la chorégraphe et ancienne danseuse, et Sylvain réussira à convaincre cette dernière qu’il y a quelque chose à faire avec eux.

 

QS - La pièce s’adresse à qui?

G L-T – Avant tout c’est un spectacle pour les 18 ans et plus… ce n’est pas vraiment pour les plus jeunes. Il y a des passes assez osées et sexy. Ça s’adresse aux femmes vous me direz, mais les gars, qui y vont peut-être à reculons, ont un fun incroyable! Il y a pas mal de testostérone sur la scène et les hommes rient beaucoup eux aussi.

 

QS – Vous portez un minimum de vêtement à la fin…

G L-T – Oui on porte le string (rire)… Avant d’être un show de striptease, c’est un spectacle d’humour. Les personnages ont leur propre couleur et c’est assez drôle de nous voir nous déhancher sur scène. D’ailleurs, l’un des moments les plus drôle c’est quand Michel apprend à se déhancher!

 

QS – On peut s’attendre à quoi côté décor?

G L-T – Pour la première partie, c’est plus épuré. On est dans une vieille shop de peinture désaffectée… un genre d’entrepôt! Et la deuxième partie est plus du type bar. Il y a des accessoires-surprises pour chacun des numéros et des trouvailles inusitées à faire avec chacun des personnages. La deuxième portion c’est carrément du style cabaret… c’est complètement survolté.

 

QS – Sur scène, vous devez être très complices?

G L-T – Vraiment! On est comme des joueurs de hockey… dans les estrades on n’entend pas ce qui se dit sur la patinoire. Et bien, nous, on se parle souvent sur scène… soit pour se rappeler que c’est notre tour ou pour se taquiner un peu. Après seulement quelques répétitions, on était tous sur la même longueur d’onde. On a aussi une belle complicité avec le public. Souvent, on doit même arrêter de parler, on doit faire des pauses de quelques secondes, car les gens rient beaucoup… l’ambiance est vraiment déchaînée!

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo