Splash : Entrevue avec Laurie Marois

[current-page:url:path]

Splash : Entrevue avec Laurie Marois

Par Katia Curadeau

5 Avril 2016

Quelles sont tes inspirations ?

La création me vient assez facilement. Je peux passer quelques minutes sur Pinterest à observer de l’art contemporain et je suis prête pour la semaine ! Les couleurs, la composition d’image et surtout la lumière dans une photographie ou dans une œuvre me sert de point de départ pour ma création.  

 

Tu es artiste à temps plein, quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite vivre de son art ?

La discipline, la rigueur, la débrouillardise et la curiosité sont primordiales. Il faut comprendre que le succès dépend de notre production constante et de notre originalité. Il ne faut pas avoir peur d’essayer de nouvelles techniques, s’imposer des défis et utiliser différents outils. Posséder un talent extraordinaire est bien, mais être disponible, engagé et ouvert peut amener quelqu’un très loin.

 

Tes œuvres représentent majoritairement tout ce qui touche au monde animalier, pourquoi?

Je suis effectivement dans ce que j’appelle une période animalière. J’ai découvert que je me permets de laisser passer davantage mes émotions à travers l’attitude, la posture ou encore l’émotion de chacun des sujets choisis. Certaines photographies m’interpellent à un moment précis de ma production. Une journée j’ai une irrésistible envie de peindre un lion dans les teintes de bleu sur un fond noir tandis que, le lendemain, c’est un cheval doré sur fond blanc. C’est une manière indirecte d’exprimer mon émotion du moment et c’est avec beaucoup de vulnérabilité que j’interpose un animal entre moi et le regardeur.

 

Qui sont tes idoles dans le domaine ?

J’ai été grandement influencée par les œuvres impressionnistes des artistes Édouard Léon Cortes et Antoine Blanchard. Leur maîtrise du clair-obscur et l’atmosphère dans leurs toiles m’ont longtemps inspirée. Il y a également Thomas Kinkade qui m’a fortement interpellé dans sa capacité à intégrer une lumière presque magique à l’intérieur de chacune de ses créations.

 

Alors que l’art numérique et les médiums mixtes sont à la mode, tu utilise la « bonne vieille » peinture à l’huile, pourquoi ?

Il est important pour moi d’avoir un contact direct avec ma surface de création. Je ressens un trop grand « espace » lorsque je travaille en graphisme et que le logiciel utilise « l’outil spatule » à ma place. Je suis très manuelle et il est plus évident de transmettre mes émotions en utilisant un pinceau, une spatule ou encore simplement mes mains pour être liée à ma création. J’aime l’idée que tout ce qu’on voit sur mes œuvres est littéralement créé et formé par moi.

 

De quel accomplissement es-tu le plus fière?

À tous les jours, je suis extrêmement fière de dire que je réussi à vivre de mon art. L’indépendance financière et le fait d’être en mesure d’exercer un métier qui me passionne, c’est pour moi un véritable exploit. Être travailleur autonome demande beaucoup de rigueur, de constance, de responsabilités et surtout de courage. J’ai misé ma vie sur mon art et je suis consciente que tout peut s’écrouler à chaque instant.

 

Si tu n’avais aucune limite d’espace et de budget, quel serait ton projet de rêve ?

Comme le rêve est ma réalité, j’ai dans l’espoir de posséder quelques ateliers un peu partout dans le monde. Mon atelier principal sera annexé à ma maison, mais je vais me permettre de puiser mon inspiration un peu partout en créant des œuvres inspirées de chaque endroit. De cette manière, je serai constamment ressourcée et mes œuvres s’en retrouveront uniques, originales et vivantes. 

 

Où peut-on se procurer tes œuvres ?

À l’occasion, mes œuvres sont disponibles via ma page facebook Laurie Marois Artiste Peintre. Je suis également permanente à la galerie d’art Guylaine Fournier à Baie St-Paul :

CRÉDIT PHOTO : MARYLINE RIVARD 

www.galerieguylainefournier.com.

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo